Lumière sur. . . Tadao Ando

Tadao And? en 2004
Ailleurs
Publié le 25 septembre 2019

Ce mois-ci, Brandon Valorisation revient sur la vie de Tadao Ando, ce célèbre architecte japonais audacieux et prolifique dans la construction de monuments iconiques et qui aime jouer avec le béton et la lumière.

Tadao Ando en 2004

 

Ses débuts

Né en 1941 à Osaka, au Japon, Tadao Ando a très vite été confié par sa famille à sa grand-mère, avec pour effet de le séparer de son frère jumeau.

Souvent laissé seul par sa grand-mère, il s’engage dans la pratique de la boxe et fréquente les artisans de son quartier. Avec eux, il découvre les matériaux et les métiers de la construction.

Il abandonne alors la boxe après 15 combats professionnels et décide d’apprendre l’architecture en autodidacte.

 

Médiocre à l’école, il s’engage dans la lecture d’ouvrages dédiés à ce qui deviendra son métier, puis son art…

 

Il découvre Le Corbusier et part en Europe pour le rencontrer. Ce qui n’arrivera pas car l’architecte français décède quelques jours avant l’arrivée de Tadao Ando à Paris.

Il commence son activité d’architecte en 1969 à Osaka, à l’âge de 28 ans, après plusieurs voyages en Europe, aux États-Unis et en Afrique.

 

Un architecte aux multiples prix et projets

C’est la réalisation de la Maison Azuma, en 1979, qui lance sa renommée. Il aura auparavant construit quelques résidences et affirmé son style.

 

Pour son œuvre, il recevra la médaille Alvar Aalto en 1985, le Carlsberg Architectural Prize en 1992, le prix Pritzker d’architecture en 1995, le prix de Kyoto en 2002 ou encore la médaille d’or de l’UIA (International Union of Architects) en 2005.

 

Parmi ses plus grandes réalisations, on retrouve notamment l’église de la lumière, au Japon, réalisée en 1989, dans laquelle le mur du fond laisse place à deux ouvertures qui forment une croix lumineuse.

Eglise de la lumière (Japon)

 

Remarquable également le jardin mémorial de l’Awaji Yamebutai (voir ci-dessous), construit en 1995 après le séisme de Köbe.

Awaji yumebutai

 

La Tokyo Skytree :

Inaugurée en 2012, cette tour est haute de 634 mètres.

Tokyo Skytree

 

La Bourse de commerce de Paris :

Tadao Ando a été retenu pour ce projet par François Pinault qui y exposera une partie de sa collection d’art.

L’ouverture au public devrait intervenir à l’automne 2019.

Maquette bourse de commerce

 

L’architecture et la propriété intellectuelle

L’architecture, tout comme les œuvres littéraires et artistiques, est protégée par la propriété intellectuelle.

En effet, celle-ci protège toutes les œuvres de l’esprit. Or, selon l’article L112-2 du code de la propriété intellectuelle, les œuvres d’architecture et de sculpture sont bien considérées comme telles, au même titre que les écrits, les logiciels ou les compositions musicales.

 

Les reproductions d’une construction réalisées sans l’accord de son architecte sont donc interdites. Cela parait logique dans la mesure où chaque architecte dépose son empreinte spécifique sur ses édifices, comme c’est le cas pour Tadao Ando et sa signature si particulière et reconnaissable, mélange de lumière, béton et simplicité.

 

Pour aller plus loin. . .

Reportage de l’émission Entrée libre sur Tadao Ando, diffusé sur France 5 à l’occasion d’une exposition consacrée à l’architecte au Centre Pompidou en 2018.

 

Vous avez des questions sur la protection des œuvres architecturales ou autres ?

Prenez contact avec les équipes de Brandon IP, conseils en propriété industrielle.