Evolution de la recherche publique en France : il reste des freins absurdes

Chez nos clients
Ailleurs
Publié le 13 juin 2018

Les Echos ont publié le 7 juin 2018 une interview de Jacques Lewiner, directeur scientifique honoraire de l’Ecole Supérieure de Physique et Chimie industrielles de Paris Education, entrepreneur averti et inventeur d’un grand nombre de brevets dont beaucoup ont fait l’objet de développements industriels.

Dans cet article, Jacques Lewiner revient sur le rapport qu’il a remis récemment au gouvernement concernant les aides à l’innovation. Il souligne que ses recommandations visent à « débloquer le système ».

Sur la gestion des licences de brevets et les négociations avec les grands groupes

Il revient également sur la gestion des licences de brevets détenus en copropriété par plusieurs organismes publics et accordées à des chercheurs souhaitant créer leur start-up. Il dénonce un processus long (jusqu’à deux ans), complexe et coûteux pour le chercheur. Nous pourrions ajouter « et pour la collectivité ».

De même, M. Lewiner recommande aux start-up de se faire accompagner par des juristes lors des négociations avec les grands groupes. Cela leur permet de préserver au mieux leurs intérêts et de réduire le rapport de force dans les négociations.

Sur l’écosystème Français

Le constat qu’il dresse de l’écosystème Français est plutôt mitigé. Il reconnaît une évolution dans le bon sens, avec notamment l’implantation d’incubateurs dans les établissements d’enseignement supérieur ainsi que l’évolution des mentalités dans les écoles, où déposer un brevet est devenu habituel alors que c’était impensable il y a près de 50 ans.

Il dénonce néanmoins des « freins absurdes » (appartenance des brevets au CNRS lorsqu’ils sont issus de consultations – payantes – des chercheurs du CNRS par des industriels privés) et une « administration périmée ».

Un fond d’amorçage à Paris Sciences et Lettres

Jacques Lewiner annonce enfin la création d’un fond d’amorçage à Paris Science et Lettres (PSL). Celui-ci sera financé par des investisseurs privés et abondé par BPI. Ce fond sera ouvert aux start-up de PSL mais également aux projets venant de l’extérieur. De même, les start-up PSL n’auront aucune obligation de passer par le fond de PSL.

En synthèse

Par son regard critique et avisé sur « la France des chercheurs », Jacques Lewiner apporte un éclairage sans complaisance et plein de bon sens sur le fonctionnement de l’écosystème Français en matière de valorisation de la recherche publique.

Image administration périmée

 

Pour lire l’article, c’est ici : https://www.lesechos.fr/thema/0301757150785-jacques-lewiner-la-france-des-chercheurs-bouge-cest-son-administration-qui-est-perimee-2182088.php

Pour en savoir plus sur notre accompagnement stratégique en matière de valorisation de la recherche, c’est ici : https://www.brandon-valorisation.com/prestation/conseil-en-strategie/

Derniers articles

Gruyères
Ailleurs
23 novembre 2022

Indice mondial de l’innovation 2022 : la Suisse toujours en tête

Cette année encore, la Suisse est désignée comme étant le pays le plus innovant du monde selon l’Indice mondial de l’innovation 2022 édité par l’OMPI […]

Ailleurs
22 novembre 2022

Alfred Nobel, un inventeur à l’origine du prix éponyme

Tout le monde connaît ou a déjà entendu parler des prix Nobel qui sont décernés chaque année à différent(e)s scientifiques, écrivains et personnalités. Mais peu […]

Le brevet insolite du mois : le vibrateur de sapin de Noël (US2522906)
Ailleurs
21 novembre 2022

Le brevet insolite du mois : le vibrateur de sapin de Noël

C’est bientôt Noël. Certains d’entre vous commencent peut-être à décorer leur domicile et beaucoup envisagent d’acheter un sapin pour y suspendre boules et guirlandes et […]

Tout voir