La stimulation de l’innovation en France

Chez nos clients
Chez nous
Publié le 23 mai 2013

Le rapport BEYLAT-TAMBOURIN (04/2013) propose entre autres, la focalisation des SATT sur la maturation des projets innovants. L.BRANDON, fort de son expérience en matière de valorisation économique et financière des innovations issues de la recherche, intervient dans le prolongement des actions conduites par ces structures récentes dédiées au transfert de technologie.

19 propositions articulées autour de trois axes principaux :

–       Développer la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat,
–       Accroître l’impact économique de la recherche par le transfert,
–       Accompagner la croissance des entreprises innovantes,

 

Les propositions de cette « boite à outils » sont :

  1. Réviser les méthodes pédagogiques de l’enseignement primaire et secondaire pour développer les initiatives innovantes,
  2. Mettre en place un programme de grande ampleur pour l’apprentissage de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur,
  3. Favoriser l’essaimage à partir des grands groupes,
  4. Organiser une politique d’attractivité des talents autour de l’innovation,
  5. Mettre en place le suivi opérationnel des 15 mesures pour une refondation du transfert dans la recherche publique,
  6. Favoriser la mobilité des chercheurs entre public et privé,
  7. Mettre en place un programme cohérent en faveur du transfert par la création d’entreprise,
  8. Focaliser les SATT sur la maturation,
  9. Mettre en place une politique cohérente de recherche partenariale public-privé, en regroupant les différentes politiques aujourd’hui éparpillées,
  10. Combler le manque de financement en fonds propres des entreprises innovantes (capital-risque et capital-développement technologique) en mobilisant une faible part de l’épargne des français et en améliorant les stratégies de sortie possibles pour les investisseurs sur ces segments,
  11. Lancer des initiatives sectorielles early stage,
  12. Mettre en place les instruments d’une politique de protection (PI, normalisation) au service des entreprises innovantes,
  13. Harmoniser les différents labels et qualifications d’entreprises innovantes pour plus de lisibilité et les inscrire dans un parcours jalonné d’accompagnement vers la croissance, alignant de manière cohérente l’ensemble des outils de soutien disponibles,
  14. Inciter les grands groupes et les grands établissements publics à s’impliquer dans l’émergence et la croissance des entreprises innovantes, en intégrant de nouvelles dimensions dans leur obligation de publication de RSE,
  15. Reconnaître le rôle des écosystèmes d’innovation métropolitains comme points d’appui des stratégies régionales et de la stratégie nationale d’innovation,
  16. Organiser le système de transfert pour le rendre plus lisible et plus efficace,
  17. Se donner les moyens de concevoir, de piloter et d’évaluer une stratégie française de l’innovation, globale et cohérente,
  18. Mandater un opérateur unique pour la consolidation opérationnelle des politiques publiques de financement de l’innovation, la BPI (partie innovation),
  19. Faire de l’innovation un vrai sujet politique, en organisant un vaste débat public.

Derniers articles

Gruyères
Ailleurs
23 novembre 2022

Indice mondial de l’innovation 2022 : la Suisse toujours en tête

Cette année encore, la Suisse est désignée comme étant le pays le plus innovant du monde selon l’Indice mondial de l’innovation 2022 édité par l’OMPI […]

Ailleurs
22 novembre 2022

Alfred Nobel, un inventeur à l’origine du prix éponyme

Tout le monde connaît ou a déjà entendu parler des prix Nobel qui sont décernés chaque année à différent(e)s scientifiques, écrivains et personnalités. Mais peu […]

Le brevet insolite du mois : le vibrateur de sapin de Noël (US2522906)
Ailleurs
21 novembre 2022

Le brevet insolite du mois : le vibrateur de sapin de Noël

C’est bientôt Noël. Certains d’entre vous commencent peut-être à décorer leur domicile et beaucoup envisagent d’acheter un sapin pour y suspendre boules et guirlandes et […]

Tout voir